The Sunday Time : OMEGA James Bond 007 SKYFALL

Le temps : voilà ce qui constitue la trame du tout dernier James Bond, SKYFALL. Le temps qui passe, le temps perdu qu’il faut rattraper, le temps passé qui refait surface ou le temps restant, trop court. Une réplique, d’un laconisme glacial, résume à elle seule les nombreux traquenards auxquels Bond a échappé pendant toutes ces années, tel un éternel recommencement. « Des hommes vont venir nous tuer… nous allons les tuer en premier ». Voilà qui pourrait définir la mission de 007 tout au long de ses 23 apparitions sur le grand écran, même si, naturellement, l’action de SKYFALL ne saurait se limiter à ce que semble suggérer ce bref paragraphe d’introduction.

Après Aston Martin, reste la question de la montre. Ou plutôt des montres. Elles sont au nombre de deux dans SKYFALL : une OMEGA Planet Ocean 600M au cadran noir et une OMEGA Seamaster Aqua Terra dotée pour la première fois d’un superbe cadran bleu. La Planet Ocean, aux lignes plus affirmées, s’adresse aux plongeurs exigeants en matière de performance et d’esthétique. L’Aqua Terra, avec ses tons et ses contours plus adoucis, prendra idéalement le relais pour une virée nocturne sans craindre d’éventuelles escarmouches. Ces deux modèles intègrent le dernier calibre OMEGA 8500, un mouvement de chronomètre à remontage automatique doté d’une réserve de marche de 60 heures. Comme tout accessoire digne de James Bond, ces deux garde-temps doivent être suffisamment solides pour supporter les divers traitements infligés par un agent secret de haut vol : sprints effrénés, sauts impossibles, combats à mains nues, échanges de coups de feu et acrobaties à l’horizontale, si l’occasion se présente. Ils comportent donc tout une panoplie de fonctionnalités anti-choc qui aideront Bond à toujours arriver à l’heure dite, quelles que soient les embûches dressées sur sa route…